Parme

Les lecteurs de Stendhal en gardent un beau souvenir, « La Chartreuse de Parme », tandis que « La Traviatta » de Verdi retentit encore dans les opéras du monde. Parme et l’art, c’est une histoire inachevée, ponctuée d’intermèdes gourmands à la saveur du Parmesan.

Histoire de Parme

La région de Parme qui fut à l’origine probablement habitée par les Étrusques, puis par les Gaulois Boïens au IVe siècle av. J.-C., tomba entre les mains des Romains en 183 av. J.-C. Les Byzantins, avant les Lombards, s’emparèrent par la suite de la cité. Parme obtint le statut de commune libre au XIIe siècle, avant d’être à nouveau conquise tout d’abord par les Visconti, puis par les Sforza et enfin par la papauté vers 1513 sous le règne de Jules II. Le duché de Parme et de Plaisance vit le jour à l’initiative du pape Paul III Farnèse en 1545, un fief impérial plus tard remis à Pierre Louis. La famille Farnèse administra la région jusqu’en 1731, avant l’arrivée des Bourbons.

Parme, patrie d’artistes

Au XVIIIe siècle, le mouvement des Lumières influença la mise en place d’une politique culturelle au sein de la ville. Parme, dont l’architecture se magnifia au fil des années, devint en même temps une patrie d’artistes. Entre autres personnalités illustres liées à la ville, vous avez le chef d’orchestre Arturo Toscanini (1867-1957) qui étudia le violoncelle au sein de la Regia Scuola di Musica de Parme, et le compositeur d’opéra Giuseppe Verdi (1813-1901).

Parme aujourd’hui c’est…

La Dolce Vita italienne

La ville, à l’inverse de ses sœurs Milan et Bologne, se fait discrète et modeste. Elle a pourtant de quoi se vanter, avec son architecture élégante, son héritage culturel et particulièrement sa gastronomie. L’alimentation dans sa région, l’Émilie-Romagne, relève de l’art et d’une riche variété de produits d’appellation contrôlée. L’aperitivo est devenu une réelle institution, mais surtout un art de vivre sous le signe du partage et du raffinement.

Mais le savoir-vivre parmesan ne se limite pas à table. L’ambiance est zen partout dans la ville et s’étend dans ses alentours. Un peu à l’écart de la cité, au pied des collines émiliennes, les sources thermales de Tabiano, Monticelli, Sant’Andrea Bagni et Salsomaggiore combleront vos envies de quiétude et de bien-être. Et comme la mode fait partie intégrante de la Dolce Vita italienne, Parme dispose également de son spot de shopping pour les amateurs de belles choses. La Strada della Repubblica dans son quartier historique abrite des boutiques de chaussures, des parfumeries réputées à l’instar de l’enseigne Acqua di Parma, des magasins de prêts-à-porter, des antiquaires, des bijouteries, etc.

Un centre historique piéton

Les ruelles généralement étroites s’entrelacent dans le centre historique de Parme. Même si leur circulation est autorisée à beaucoup d’endroits, les voitures de luxe se font rares. Les habitants optent plutôt pour la marche ou le vélo pour se déplacer. Le quartier est du coup agréable à visiter, moins pollué, ni bruyant.

Côté architecture, quelques bâtiments historiques valent le détour, pour ne citer que le Duomo d’inspiration romane, le baptistère en marbre rose, le complexe de l’église San Giovanni Evangelista dont la coupole a été décorée par Le Corrège, le monumental gran Teatro Farnese et le Palais des Gouverneurs situé sur la place Garibaldi.

La gastronomie d’une ville créative

À Parme, on cultive l’art du « bien-manger », une attitude récompensée par le titre de « Ville de la gastronomie » au sein du Réseau des villes créatives de l’UNESCO. Oubliez les fast-foods et préférez plutôt les trattorias, au sein desquels le menu est bon marché, le service simple et l’ambiance familiale. Vous trouverez quelques bonnes tables le long de la Strada Luigi Carlo Farini.

Les cuistots parmesans mettent un point d’honneur à utiliser des bons produits et à proposer une cuisine fine, savoureuse et saine aux consommateurs. Le parmesan local ou parmiggiano reggiano ravira votre palais. Ce fromage mondialement connu est présent dans presque toutes les recettes traditionnelles ou contemporaines. À Parme, il se déguste avec un peu de miel à l’apéro. Le jambon se hisse également comme un fleuron de la gastronomie du terroir. Profitez de votre séjour à Parme pour goûter au fameux prosciutto di Parma. Au bout de 38 mois de maturation, cette délicieuse charcuterie fond littéralement dans la bouche.

L’art ancré dans la terre et la culture populaire

La scène lyrique parmesane rassemble non seulement les virtuoses de la musique italienne, mais aussi une belle collection de monuments. En avant-goût et pas des moindres, l’Auditorium Niccolò Paganini offre un bel exemple de récupération d’archéologie industrielle. L’architecte Renzo Piano a créé l’établissement au sein de l’ancienne sucrerie Eridania en 2001. Les propriétés acoustiques ont été au cœur des préoccupations afin d’honorer la mémoire du compositeur Niccolò Paganini.

Beaucoup plus vieux, le théâtre Regio a été construit entre 1821 et 1829 à la demande de la duchesse de Parme Marie-Louise d’Autriche. L’édifice adopte un style néoclassique, magnifié dans son intérieur par un prestigieux lustre. C’est en son sein que le mélodrame italien est né. Le Regio de Parme, classé « di tradizione », accueille principalement un public averti et exigeant. Le Festival Verdi qui rend hommage à Giuseppe Verdi, s’y tient chaque année en automne. En parlant de Verdi, un monument lui est dédié à proximité du théâtre Regio. Pour en savoir davantage sur la vie de ce compositeur romantique, un parcours audiovisuel a été installé dans sa maison natale à Roncole.

Pour poursuivre votre voyage sur les traces des grands musiciens de Parme, visitez la maison natale d’Arturo Toscanini, le chef d’orchestre à l’origine de La Bohème en 1896 et qui devint ensuite le directeur musical de la Scala de Milan.

Climat

Sa position dans l’Émilie-Romagne octroie à Parme un climat à mi-chemin entre le méditerranéen et le continental. Les Apennines protègent la ville du grand froid du nord de l’Italie.

Au printemps entre avril et juin, les journées sont ensoleillées, avec des températures agréables situées en moyenne entre 14°C et 17°C. Celles-ci augmentent à l’arrivée de l’été en mai et peuvent atteindre 30 °C. Si la saison estivale ne se prête pas forcément à la marche, elle est idéale pour les apéros en plein air. La grisaille gagne ensuite Parme à partir du mois d’octobre. En automne, le temps se refroidit, surtout en novembre qui affiche une température moyenne de 10 °C. La pluie survient également à cette période avec un taux moyen de précipitations de 114 mm. Vient enfin la saison d’hiver au cours de laquelle les températures dépassent rarement 8°C. Les chutes de neige sont probables à cette période, malgré une faible pluviométrie de 40 mm en janvier.

Comment s’y rendre ?

La gare de Parme se situe à une dizaine de minutes de marche du centre historique, sur la rive Est de la rivière Parma. Celle-ci accueille quotidiennement une centaine de trains en provenance du Centre et du Nord du pays, mais également des lignes européennes.

L’aéroport de la ville étant peu fréquenté, la meilleure option pour un voyage aérien reste un vol vers les aéroports les plus proches, c’est-à-dire à Milan, Vérone ou Bologne, depuis lesquels vous pourrez ensuite prendre un train pour Parme.

Comment se déplacer ?

Parme se découvre mieux à pied, vu l’accès limité pour les voitures, surtout dans le centre-ville. Même si le réseau de transports de la ville est bien organisé, desservant la majeure partie du territoire, les habitants, tout comme les touristes, préfèrent marcher ou bien louer un vélo.

Que faire à Parme ?

- Faire le tour des boutiques du centre historique de la ville

- S’attabler dans une trattoria pour découvrir l’art de la cuisine parmesane

- Assister à une représentation musicale à l’auditorium Niccolò Paganini ou au théâtre Regio

- Se revitaliser dans les thermes de Salsomaggiore

- Visiter le Duomo de Parme, etc.

Ville
3 photos

Bonjour

Je suis Ketty de "Mandala Tour ". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
39 095 508959