Erice

Le poète Virgile l’évoque dans son œuvre phare, l’Enéide. Erice en Sicile apparait comme un château dans le ciel, perché et fortifié sur son nid d’aigle à 751 m d’altitude. Préparez-vous à un voyage à la croisée des légendes, des traditions et de l’art dans l’un des plus beaux villages d’Italie.

Histoire d’Erice

La cité du roi Eryx, fils de Boutès et d’Aphrodite, à qui Erice doit sa fondation, fut habitée depuis l’Antiquité. À leur époque faste, les Grecs l’érigèrent en un centre religieux dédié au culte d’Aphrodite, un statut que le village entretint tout au long des Guerres puniques, de l’Empire romain et byzantin. Erice servit en même temps de phare pour les navigateurs : le grand feu allumé dans le temple à la tombée de la nuit permettait aux marins de se repérer. Par sa situation stratégique, il constitua une importante base carthaginoise aux VIe et Ve siècles av. J.-C. Vinrent ensuite les Normands et les Espagnols qui tour à tour, marquèrent de leur empreinte l’histoire et le paysage de la ville.

Erice ne fit plus beaucoup parler de lui jusqu’au XXe siècle. En 1963, la création de la fondation Ettore Majorana Foundation and Center for Scientific Culture, EMFCSC apporta un nouveau souffle au village. En dehors de son cadre médiéval préservé, les écoles scientifiques spécialisées accompagnées par une renaissance culturelle permirent progressivement à Erice de revenir sur le devant de la scène touristique italienne.

Erice, une cité entourée de légendes

Dans l’Enéide écrit par Virgile, le Troyen Enée au cours de son épopée légendaire vint dans la région d’Erice à deux reprises : la première fois pour ériger un temple dédié à sa mère Aphrodite après le décès de son père Anchise, ensuite à l’occasion des jeux organisés en son honneur un an plus tard. Une autre œuvre de Virgile, le Canto V cite Erice comme le lieu du combat mythique entre Hercule et le géant Erix, un affrontement que le roi perdit sans grande surprise. À sa mort, Eryx fut enterré dans le temple qu’il construisit pour sa mère.

Erice aujourd’hui

La route montante qui mène au village offre déjà des panoramas saisissants, avec des points de vue sur Trapani et la péninsule de San Vito Lo Capo en contrebas, les îles Egades au large et par beau temps le Cap Don en Tunisie. Aussitôt entré à Erice, vous semblez déconnecté, comme pour un retour dans le passé. La pierre et les ruines sont omniprésentes, attestant de la formidable histoire de la cité bâtie par Eryx. Les anciennes murailles cyclopéennes ouvrent le bal, ayant été érigées par les Elimos, les Phéniciens et les Carthaginois comme un premier rempart défense. Puis, les ruelles, les églises et les vieux palazzos tels que le Palazzo Burgarella, le Palazzo Ventimiglia, etc., poursuivent le dépaysement. Au nord, l’ancien Quartiere spagnolo se découvre au passage des portes Spada et Carmine. Au sud-est, le château fort de Venere bâti par les Normands au XIIe siècle, surplombe le temple romain Venere Ericina. Ailleurs, la bibliothèque municipale Vito Carvini, le château Pepoli datant du XIXe siècle, sans oublier la Tour de Balio, attendent également votre visite.

La ville aux cent églises

La religion et l’Église, ayant tenu une grande importance dans le passé à Erice, sont à l’origine de monuments frappants. L’église mère Duomo Dell’Assunta située sur la Piazza Matrice se démarque par son portail extérieur d’inspiration catalane et son dôme à l’allure d’une poitrine. La Chiesa di san Pietro créée en 1365, a été, quant à elle, réhabilitée dans un esprit borrominienne en 1745. Son portail de style baroque est tout autant fascinant. Enfin, vous avez la Chiesa di San Giovanni Battista dont la première plante date du XIIe siècle, qui dispose d’un portail ogival à multiples viroles.

L’artisanat, un héritage

Le travail du fer à Erice est une tradition séculaire. Son âge d’or remonte aux XVIe et XVIIe siècles, au cours desquels le secteur formait une des guildes les plus influentes de la cité. Remarquez-le, vous pouvez voir quelques anciens objets en fer forgé aussi bien dans les châteaux que dans les églises du village. La confection de tapis est une autre activité ancestrale à Erice : sur un arrière-plan clair, les artisans locaux réalisent un entrelacement de tissus colorés pour produire toute une série de formes, allant des dessins géométriques à l’Arabesque.

Côté gastronomie, les pâtissiers locaux ont hérité des délicieuses recettes élaborées par les anciennes religieuses de San Carlo et de Santa Teresa. Profitez de votre passage à Erice pour goûter à la génoise locale, aux mustazzoli, aux bonbons riposto, au carême ou encore aux biscuits aromatiques. Le Centre de culture scientifique Ettore-Majorana organise périodiquement des ateliers de pâtisseries traditionnelles si vous souhaitez en savoir davantage sur la préparation et l’histoire de ces gourmandises succulentes.

Climat

Erice connaît un climat méditerranéen de type Csa selon la carte de Köppen-Geiger et caractérisé par des étés chauds et secs. La région affiche une température moyenne annuelle de 17.9 °C. Les précipitations moyennes annuelles s’élèvent à 595.4 mm.

Comment s’y rendre ?

Le voyage vers Erice passe par la ville de Trapani depuis laquelle partent les bus de la compagnie AST et le téléphérique.

Si vous conduisez, vous avez le choix entre deux routes tortueuses : la Strada Provinciale 31 ou bien la SP3 selon le type de votre véhicule. L’ascension dure une demi-heure environ.

Si vous préférez le téléphérique, la montée prend 10 min. C’est la meilleure option pour profiter des panoramas de la région. Le service est accessible le lundi de 13h à 20h, du mardi au vendredi de 8h à 20h, le samedi de 9h à 21h et le dimanche de 10h à 20h. La station de départ se situe au niveau de l’angle de la Via Capua, sur la Strada Provinciale 31. Le débarquement se fait à proximité de la Porte de Trapani, près de la muraille d’Erice.

Comment se déplacer ?

Erice n’étant pas bien grand, avec à peine 300 m de largeur, mais avec des pentes considérables, la marche constitue le meilleur moyen pour visiter le village.

Que faire à Erice ?

- Flâner dans les palazzos pittoresques

- Admirer l’architecture ancienne des églises

- Découvrir la tradition artisanale de la région

- Goûter aux pâtisseries locales

- S’imprégner de l’histoire et de la culture du village au Centre de culture scientifique Ettore-Majorana, etc.

Bonjour

Je suis Ketty de "Mandala Tour ". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
39 095 508959