Reggio de Calabre

Située à l'extrême-sud de l'Italie, Reggio Calabria est une station estivale convoitée. Découvrez les bonnes raisons pour la visiter.

Introduction

Puissance maritime et industrielle de l'Italie du Sud, Reggio Calabria est également une charmante ville côtière. Les Grecs la désignaient affectueusement « ville des Bronzes » , témoignant de sa productivité artistique au cours de l'Antiquité. Les paysans la connaissent sous le nom de « pays de la bergamote », en hommage à la variété d'agrume qui fait la richesse de la région. Les adeptes du tourisme nature seront aux anges, en sillonnant les plantations d'oliviers, de vignes et d'arbres fruitiers que Stendhal a décrites dans des passages sublimes. Cependant, la qualité des plages, l'ensoleillement généreux, les vues imprenables sur la Sicile et les îles éoliennes sont ce qui fait surtout de Reggio Calabria une destination balnéaire par excellence dans le sud de la Botte. Réservez sans perdre un instant votre vol pour Reggio Calabria et passez de belles vacances en couple ou en famille au bord de la Méditerranée.

Histoire

Reggio de Calabre, communément appelée Reggio Calabria ou tout simplement Regio – les trois graphies sont admises – fut l'un des premiers comptoirs grecs du sud de l'Italie. Les guerriers en bronze de Riace, visibles au musée archéologique de la ville, sont là pour le prouver. Réalisées aux alentours de 500 ans av. J.-C., ces sculptures attestent un raffinement technique très poussé, ce qui donne à croire que Rhegium était un foyer culturel prestigieux de Magna Grecia. Pour appuyer cette certitude, on raconte que les institutions d'arts, de sciences et de philosophie fleurissaient à Rhegium, à l'exemple de l'école de Pythagore.

À la période faste et prospère de l'Antiquité succédèrent les guerres violentes du Moyen Âge. L'emplacement stratégique de Reggio Calabria au centre de la Méditerranée fut la cause de son malheur : les dynasties conquérantes ont compris la nécessité de conquérir le territoire pour étendre leur empire commercial et politique. Quid des Arabes, des Byzantins, de la Couronne d'Aragon, de la maison d'Anjou et de la maison d'Autriche ont laissé le plus de traces de leur présence ? Les émirs (10e et 11e siècles) ont pratiqué l'infâme traite des esclaves, mais ils ont eu le mérite d'améliorer les techniques d'irrigation et de culture. Les constructions normandes et aragonaises sont les plus beaux trésors de l'art médiéval. Hélas, les barons d'Anjou sont tristement célèbres pour avoir extorqué le maximum de richesses durant leur brève occupation (1266 à 1282). La maison royale des Habsbourg n'a pas eu l'occasion de faire ses preuves, leur règne étant marqué par la peste meurtrière, le séisme et les raids turcs.

Le 28 décembre 1908, un terrible séisme a failli totalement détruire Reggio Calabria et les villes environnantes de Messine. Lors de la phase de reconstruction, l'architecture urbaine a été repensée selon les codes de l'Art Nouveau, qui font la part belle aux motifs floraux et végétaux.

Aujourd'hui

Lové au creux du bras de mer de Messine qui sépare l'Italie continentale de l'Italie insulaire, Reggio Calabria possède un littoral d'exception. Sa position de carrefour sur la route de la Méditerranée illustre sa double vocation : le commerce et le tourisme. A l'image des destinations balnéaires en Italie, le tourisme est une fille de la pêche, bien que Reggio Calabria souffre d'un certain retard industriel. Après la catastrophe sismique de 1908 qui a endommagé une grande partie des infrastructures, beaucoup de bateaux de pêche se sont convertis à la croisière et à la navigation de plaisance. Cependant, le moteur de la croissance économique est la bergamote – l'or vert de Calabre – un ingrédient très recherché par les industries de parfumerie.

L'arrivée d'une clientèle touristique internationale est associée à la popularité de la Magna Grecia, l'ancienne cité grecque. Les services d'hébergement ont saisi cette opportunité à pleines mains pour développer le tourisme de séjour. Au grand bonheur des estivants, une chaîne d'hôtels et d'établissements Bed and Breakfast longe le front de mer, permettant de profiter de la ville et de ses environs. À la découverte archéologique se greffent d'autres activités : la baignade en mer, la récolte du fruit de la bergamote, l'écotourisme au parc naturel d'Aspromonte, sans oublier la visite du patrimoine vernaculaire.

À voir et à visiter

La station balnéaire de Calabre est, il faut le reconnaître, plutôt pauvre en monuments anciens si l'on exclut le prestigieux musée. En revanche, ses plages de rêve raviront les baigneurs et répondent aux envies de sable, de transat et de vacances ensoleillées. Destination nature et de culture , l'insouciante Reggio a adopté le dépaysement pour maître-mot.

Le musée archéologique national de la Grande-Grèce :

Occupant l'enceinte du palais Piacentini, le musée de la Grande-Grèce est sans conteste l'attraction numéro un de la ville. Il est, après le musée de Berlin, le plus important centre d'exposition des collections artistiques de la Grèce antique. La pièce maîtresse du musée renvoie à un couple de sculptures en bronze : les guerriers de Riace. Les deux statues grecques, couramment appelées : « le Jeune » et « le Vieil Homme », exaltent la beauté corporelle, le courage et la bravoure, soit les thèmes chers à l'humanisme. Retrouvées en parfait état en 1972, elles constituent l'une des réussites les plus remarquables de l'art hellénistique. Vous pourrez inspecter d'autres pièces de grande valeur archéologique : l'acrolithe d'Apollon, la tête du philosophe, ou encore le Kouros.

Patrimoine naturel

  • les plages : après la tournée culturelle au musée de Magnia Grecia, offrez-vous une parenthèse farniente sur les plages calabraises. En été, le soleil se montre plus de 8 heures par jour, et le cadre rivalise avec les fonds de carte postale, entre côtes déchiquetées, roches de granit et terrasses de vignes surplombant la mer.

Parmi les plus fréquentées, la plage de Lido di Scilla , située sur la Costa Viola, contemple amoureusement la Sicile depuis une petite baie abritée. Possibilité d'observer une bande de coraux noirs. Les célibataires, les fêtards et les adeptes du bronzage trouveront leur compte à Lido di Palmi, unestation balnéaire très courue à 46 km au nord de Reggio Calabre . Besoin de fuir la fouleou de collectionner lespanoramas romantiques ? Direction plage de Marinella.

  • la bergamote : la promenade à la plage servira de prétexte pour visiter une ferme de bergamotes. Ce précieux fruit a été introduit dans la région au15e siècle. De la famille des agrumes, la bergamote ressemble au citron et à la pamplemousse, mais elle n'est ni un citron – sa couleur jaune est moins intense – ni une pamplemousse – sa taille est inférieure. En compagnie d'un guide local, vous pourrez participer à une expédition de chasse aux agrumes, et au-delà de la cueillette des fruits, observer le processus d'extraction des essences.

  • le Parc national de l'Aspromonte : les amoureux de la nature en vacances à Reggio ne passeront pas à côté de ce paradis sauvage. D'une étendue de 7 700 hectares, le parc développe le tourisme responsable qui conjugue marche dans les bois, randonnée vers les chutes d'eau de Marmarico et de Ferdinandea, visite de chapelles byzantines et hébergement dans les cabanes de montagne. Les enfants seront ravis de visualiser les animaux consultés dans les livres de biologie, comme le chevreuil craintif, l'aigle royal aux serres puissantes ou le faucon pèlerin, un champion du vol en piqué… Autre raison qui incite au déplacement : par la situation montagneuse de la réserve, les visiteurs auront droit au plus joli coup d'œil sur le détroit de Messine et les îles éoliennes.

  • le cap Peloro : à la pointe sud-ouest de la Calabre, le cap Peloro est, pour sa sublime lagune où se réfugient plus de 400 espèces aquatiques, un rendez-vous immanquable pour ceux qui veulent étudier et contempler de plus près la biodiversité.

Patrimoine culturel

Le Château aragonais : Construit au 15e siècle sur l'initiative de Ferdinand d'Aragon, ce château fort est l'un des rares héritages de la domination normande et aragonaise. Bien que l'aile nord-ouest du château se soit effondrée, les deux tours de guet ont résisté à l'usure du temps. Si vous voyagez dans la ville calabraise en compagnie d'enfants, ne manquez pas cette adresse. Entièrement rénové, le bâtiment est un endroit récréatif abritant des jeux, expositions et diverses manifestations culturelles. Faites-y donc un saut après avoir exploré les grandes boutiques de la rue Corso Garibaldi.

  • Le musée de la Bergamote : si vous n'avez jamais entendu parler de l'orange bergamote, faites un petit tour dans ce musée. Le lien qui unit le célèbre agrume à la région est retracé dans une série de collections : les origines du cultivar, les modes de culture, les diverses utilisations, les machines utilisées avant la révolution industrielle… La portée éducative des expositions vaut franchement le détour.

Patrimoine religieux

  • La Cathédrale de Reggio de Calabre : se dressant fièrement sur la Piazza del Duomo, l'église mère de la ville n'est rien de moins qu'une icône architecturale. Les premières pierres ont été posées en 1601, après que les chefs normands ont envahi Reggio, mais l'église a été mise à sac, détruite et reconstruite à maintes reprises. La façade actuelle de la cathédrale est une réinterprétation de l'art roman du 12e siècle, comme en témoignent les élégantes fenêtres cintrées, nuancée de quelques touches gothiques. À l'intérieur, deux monuments sont dignes d'intérêt : la chapelle du Saint-Sacrement , dont les murs sont recouverts de marbres précieux incrustés de mosaïques aux motifs d'animaux ou de fleurs ; l'icône de la Madone de la Consolation, qui fait l'objet d'une dévotion populaire dans toute la région. Les fresques de Nunzio Bava , un des chefs de file du réalisme italien, ajoutent à l'atmosphère mystique et spirituelle de l'église.

  • L'église des Ottimati : de facture initialement byzantine avant d'être repensée dans un style arabo-normand, l'église des Omatti est une étape inévitable lors de votre passage à Reggio. Elle abrite une pièce artistique de valeur : le retable d'Agostino Ciampelio Fiorentino qui évoque l'Annonciation.

  • L'église de San Gorgio al Corso : érigée à la mémoire de saint Georges, le patron de la cité, cette paroisse du 16e siècle séduit par sa façade néo-classique. Pour réconforter les fidèles, les sculpteurs ont représenté sur une fenêtre de la façade le saint homme qui terrasse le Dragon par son épée. En avançant à l'intérieur, le magnifique dallage en marbre gris ne saurait se dérober à vos yeux. Près de l'autel, les iconographies sacrées convient au recueillement : Saint-Joseph avec le petit Jésus aux côtés de Saint-Jean et de la Sainte-Vierge ; les statues de Sainte-Anne et de la Madona Bambina ; la Madone de la Rosaire en compagnie des Saints. Pour les pèlerins, la visite permettra de revenir aux enseignements de la vie chrétienne.

Quand partir à Reggio Calabria ?

Vous souhaiteriez visiter Reggio Calabria lors de votre prochain voyage en Italie ? Tenez compte de la météo. La Calabre connaît un climat tempéré de type méditerranéen : la chaleur des étés et la douceur des hivers sont les particularités de ce climat. Le souci des touristes est lié aux incidents pluviométriques. Si les gros orages commettent leurs méfaits en hiver (10 jours de pluie en janvier), ils persistent encore au printemps, et, dans une moindre mesure, en automne. La saison la plus propice aux vacances est l'été, surtout pour les vacances à motif balnéaire : la mer est chaude, avec une température moyenne variant autour 25o C.

Comment y venir ?

La ville est accessible en toute facilité grâce à l'aéroport de Tito Minniti qui dessert la province de la Calabre. Aucun vol direct à destination de la ville calabraise n'est disponible depuis les villes européennes. Il vous faudra effectuer une escale à Rome, Munich ou Amsterdam. Comptez entre 4 heures et demie et 7 heures d'avion pour voler de Paris jusqu'à Reggio Calabria.

L'aéroport de Tito Minniti ou, pour l'appeler autrement, l'aéroport dello Stretto, est localisé juste à 5 kilomètres du centre de l'agglomération. Au terminal de l'aérodrome, un taxi vous emmènera volontiers à votre hôtel de séjour en échange d'un débours de 25 €. Si vous êtes désargentés, prenez les transports communs : les lignes de bus de l'ATAM relient l'aéroport Tito Minniti à la place Garibaldi en faisant plusieurs va-et-vient par jour. Les tickets sont délivrés auprès des kiosques de l'aéroport.

Vous aimeriez…

  • participer à une sortie de chasse aux bergamotes ;

  • profiter d'un séjour en montagne en compagnie des fermiers ;

  • admirer les célèbres bronzes de Riace , exposées au Musée national de la Grande-Grèce ;

  • passer un moment de recueillement à l'église des Omatti ;

  • jouir d'un point de vue unique sur la ville au château aragonais ;

  • se promener à pied parmi les oliveraies et les vignobles ;

  • déguster les produits de la ferme ;

  • faire une baignade à la plage.

Bonjour

Je suis Ketty de "Mandala Tour ". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
39 095 508959